La nouvelle lune

Proclamer le commencement du mois, fut le premier commandement que reçurent en Egypte les fils d’Israël, comme l’écriture nous l’apprend : « Ce mois-ci est pour vous le commencement des mois… » (Chémot, 12-2)

Selon la tradition, la Tora a établit un parallèle entre Pessah et Avraham : " …Prends trois mesures de farine de pur froment, pétris-la et fais-en des gâteaux" (Béréchit, 18-6), puis entre Ytshak et la fête de Chavouot, car le chofar qui sonna durant le don de la Tora, au mont Sinaï, était justement la corne, du bélier, qu’Avraham sacrifia à la place de son fils sur l’autel : "… Avraham alla prendre ce bélier, et l’offrit en holocauste…"(Béréchit, 22-13), et aussi entre Yaacov et la fête de soucot (la fête des cabanes) : " Quand à Yaacov, il se dirigea vers soucot…Il y fit des enclos (soucot, en hébreu)…"(Béréchit, 33-17).

 De même la Tora donna en partage le mérite de proclamer chaque début d’un mois nouveau aux 12 tribus d’Israël.

En réalité ce mérite appartient surtout aux femmes, qui eurent la bravoure de résister à ceux ,qui découragés d’attendre Moché, au bout des 40 jours qu’il lui fallut pour recevoir les instructions du ‘K ‘B ‘Hou, voulurent le remplacer par une idole en or, et perquisitionnèrent toutes les tentes du peuple afin de rafler le plus possible d’ustensiles en métal précieux. Les épouses des renégats se refusèrent de livrer leurs pendentifs, et se virent honorées par le ‘K ‘B ‘Hou qui leur confia spécialement la commémoration mensuelle du changement des mois.

Ce commandement présenta une difficulté dans son application. En effet Moché ignorait sous quelle forme devait figurer la lune au moment de la proclamation du mois, et Dieu dut lui montrer du doigt l’image de l’astre, tel qu’il devait être à cette période précise : « Ce mois-ci est pour vous… », C'est-à-dire, lorsque la lune aura cet aspect... Nous renseigne Rachi dans son commentaire concernant ce verset, ...A l’heure de cette conjonction, la lune sera à peine visible, et méconnaissable...

L’une des injonctions particulières, contenue dans l’ensemble des règles appropriées à tous les passages d’un mois à l’autre, est de nous efforcer de nous repentir de nos vilaines actions, de prendre de meilleures résolutions, et de nous efforcer de nous y tenir.

A notre humble avis, il serait surtout souhaitable de considérer dès aujourd’hui, le mensonge, et le manque de franchise comme des tares spirituelles authentiques. La culture occidentale, ce n’est un secret pour personne, a promut ces défauts et leur a donné une note qualitative en les incluant dans la panoplie d'outils dont l’homme doit disposer pour vaincre son prochain, ou fuir une situation embarrassante... Cette erreur d’appréciation immorale a crée un climat malsain dans une partie du monde qui se considère comme le phare de l’humanité, alors qu’elle ne fait que se trainer encore plus vers l’abîme. Il serait temps de comprendre que l’honnêteté intellectuelle, et la spontanéité naturelle sont les garants de la santé mentale de l’humanité toute entière. La vérité est unique, et elle ne peut admettre des concessions si dangereuses,  même dans la plus banale des conversations. L'expérience au travers de notre activité philanthropique pour aider des familles nécessiteuses d’Israël, nous a prouvé à de trop nombreuses reprises, que des personnes de notre confession se servent du mensonge pour se débarrasser de nos demandes inopportunes, sans se soucier des déceptions intimes que cela peut engendrer. Une réponse négative claire et polie est mille fois préférable à des promesses fallacieuses qui cachent des âmes d'adolescents peureux.

Il est interdit formellement à un homme juif de mentir à sa conjointe, et inversement.

Il est vivement conseillé de respecter les engagements et les promesses faites (dons á la synagogue ou á des organisations de charité, remboursement de dettes...).

 Les salariés, juifs ou non-juifs ont droit à un égal respect. Les clients d’une entreprise, ou les personnes concernées au cours d’une transaction ne doivent être dupés sous aucun prétexte sur la valeur ou les conditions de l’échange.

Il est certain que l’on ne peut dire crument tout ce que l’on pense à n’importe qui, mais de là à falsifier la vérité, ou à émettre des propos hypocrites, il y a de la marge.

En tant que membres du peuple juif, nous devons être un exemple de droiture, et de transparence. Notre conduite irréprochable, et la limpidité de notre de notre esprit doivent servir à illuminer et égayer notre monde si terne de nos jours.

Que Dieu fasse que chacun d'entre nous méditent ces remarques et que ce jour de Roch-hodech comme un nouveau départ nous transforme et nous donne force et courage de porter les couleurs lumineuses de la Tora qui est l’essence de la Vérité sur la terre et dans le ciel, Amen !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site