Le sursaut du désespoir

Les Hachmonaïm par dévouement et avec abnégation combattirent les grecs, les vainquirent, les expulsèrent de la terre d’Israël, purifièrent le temple, et décidèrent de graver à jamais ce souvenir dans le cœur des générations, en célébrant cet évènement chaque année durant le mois de ‘kislev’.

Sans beaucoup d’imagination, j’entends déjà les commentaires ironiques et circonspects de certains membres sceptiques de notre communauté, « Ah oui, c’est comme ici, quand on commémore l’armistice de 19.., pourquoi se rappeler aussi longtemps toutes ces victoires guerrières…Ca entretien la haine entre les peuples…On ferait mieux d’oublier tout ça, et de se réconcilier… On n’a qu’a fêter la silvestre tous ensemble…

La Tradition juive n’est pas un refrain nationaliste. L’intention de nos sages fut de révéler au monde que la lumière intérieure de la Tora ne cessera de briller pour toute l’éternité (Les grecs avaient comme projet d’extirper du cœur de la Tora toute relation avec une quelconque Sainteté originelle, de la vider se sa substance vitale, et de la rendre éphémère et volatile, telle que leurs matières laïques et culturelles enseignées dans le bassin méditerranéen à cette époque, et dans le monde entier de nos jours), et qu’elle pourra nous secourir dans les moments difficiles, où l’obscurité et le désespoir assombrissent les foyers des guettos juifs. Le renouvellement de l’huile de la lampe du Temple pendant huit jours, et qu’on appelle le miracle de Hanoukka s’opéra afin de nous rendre conscients de cette suprême vérité. Les étapes de l’histoire d’Israël ne sont retenues, ni par hasard, ni pour glorifier les exploits de Césars juifs, comme le raconte une institutrice aux petits enfants de sa classe, mais comme des leçons essentielles, parfois même assez difficiles à comprendre à première vue, destinées à nous inculquer les principes du travail que nous devons effectuer pour le ‘K ‘B ‘Hou. L’intérêt de ce rappel systématique du miracle de Hanoukka, est de réactiver la mémoire de cet évènement, de susciter un réveil de la volonté, et de l’imprégner du contenu de la leçon qui en découle.

Tandis que les Hachmonaïm pénétrèrent dans le Beit-Hamikdach, ils ne trouvèrent qu’une quantité infime d’huile pure, et juste suffisante pour y allumer la lampe un seul jour ; c'est-à-dire que tant qu’il ne leur parviendrait pas un nouveau stock d’huile pure, ils auraient pu se déclarer comme dans l’incapacité d’allumer la lampe, et se considérer exemptés, et donc, quelle pouvait être l’utilité d’un miracle, puisqu’ils étaient exemptés ? A cela, il faut rajouter une autre question intéressante, de l’huile impure, ils en possédaient, et dans ce cas particulier, la Tora autorise l’utilisation d’un produit impur, ou même de sacrifier un animal, alors que le public est dans une situation d’impureté (Traité du Talmud ‘Pessahim’, 79-a, et 80-a), et dans ces conditions, pourquoi, n’ont-ils pas fait usage de ce droit ?

Ceci est l’authentique secret qui émane du miracle de Hanoukka. En dépit de faiblesse numérique de leur troupe, parce qu’ils partageaient le sentiment qu’ils n’avaient pas le choix, faisant fi des contingences, ils se sont révolté, ils ont pris les armes, se plaçant ainsi en position d’état de grâce, et obtenant du ciel une aide extraordinaire, ils ont remporté un succès militaire éclatant, alors que l’issue des combats paraissait comme perdue d’avance à n’importe quel observateur. Ils empruntèrent un chemin contraire à l’intelligence commune, et par ce biais virent se dérouler un miracle dont l’intervention n’était, au bout du compte pas si impérative que l’on pourrait le croire, car, comme il est mentionné plus haut, selon la stricte observance de la loi, il leur fut possible d’allumer les mèches de la lampe aussi avec de l’huile impure. Ce qui précipita la défaite des grecs, et dans son sillage la libération du Temple et le miracle de Hanoukka, ne s’explique pas seulement par leur bravoure, mais par le fait qu’ils se dépassèrent, et allèrent au-delà de leurs forces et cet exploit presque surhumain leur garantit dans une comble mesure le soutien du Ciel.

Le miracle de Hanoukka a pour mission de nous apprendre que, si selon les simples lois physiques de la nature, il semblerait que pour surmonter tous les obstacles qui jonchent notre route, il nous faudrait un pouvoir herculéen, nous ne devons pas désespérer, mais rassembler toute notre énergie, puisque de toute manière, nous n’avons pas le choix ! Cette pensée positive et vivifiante nous libéra des pièges du doute et nous ouvrira les portails du Ciel.

(Les extraits principaux de ce texte ont été traduits du livre du Rav Desler (2) ‘Micktav MiEliahou’)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×