Roch Hachana

Le premier jour de Roch Hachana, après terminé la prière en public (‘Amida’), nous lisons une courte section de la paracha ‘Vayéra’ dans le livre ‘Béréchit’ : « Or, Hachem s’était souvenu de Sarah, comme il l’avait dit, et il fit à Sarah ainsi qu’il l’avait annoncé. Sarah conçut et enfanta un fils à Avraham…Avraham nomma le fils qui venait de lui naître…Ytshak. » (Béréchit, 21-1, 2, 3)

Le Traité ‘Roch Hachana’ (11-a) révèle qu’à Roch Hachana, Hachem se souvint de la stérilité de Sarah, de Rahel, et de Hana, qu’il délivra Yossef des geôles égyptiennes, et que la servitude des hébreux en Egypte prit fin.

« Or, HaChem s’était souvenu de Sarah, comme il l’avait dit… », comme il l’avait décrété lors des six jours de la création, « Car il a parlé, et tout naquit… » ((Téhélim, 33-9)

« …Et il fit à Sarah ainsi qu’il l’avait annoncé. », « …Certes, Sarah, ton épouse, te donnera un fils… ».

Une question demeure néanmoins : pourquoi HaChem ne donna t-il pas un fils à Avraham plus tôt, dans sa jeunesse ? Il est écrit en effet : « Des flèches dans la main d’un guerrier, voilà ce que sont les fils de la jeunesse. » (Téhilim, 127-4).

On peut essayer de répondre que peut-être, Avraham n’était alors pas un juste parfait, car selon une certaine opinion, il connut Dieu dès l’âge de trois ans, mais selon une autre opinion, il ne le connut qu’à l’âge de quarante ans, cependant, de toute manière, Hachem aurait du lui donner un fils au moins à quarante ans.

Voici, il faut savoir que tout ce qui est dans le ciel est sur la terre. De même que le char divin est manœuvré à l’aide de quatre créatures (hayot), ici aussi, la terre est dominée par quatre éléments et manœuvrée par quatre patriarches, Avraham, Ytshak, Yaacov, et David. C’est ce que nous enseigne d’ailleurs le ‘Midrach-rabba’, (Béréchit, 27-8) : les patriarches sont le char divin, et David est le quatrième pied, « Mon pied foule un chemin tout droit… » (Téhélim, 26-12).

En apparence, avant la venue de David, le trône de gloire ne disposait que de trois pieds, et il ne fut réellement stable qu’à la venue de David.

Les quatre éléments furent crées selon un ordre déterminé et les patriarches naquirent en fonction de cet ordre déterminé : dans l’eau se trouvait caché et enfoui le pouvoir du feu…(‘Midrach-Rabba’, Chémot, 15-22).En comparaison, Avraham symbolise la bonté, et renferme en potentiel le courage et la vaillance, les attributs d’Ytshak, qui représentent la sévérité et l’intransigeance funestes pour le monde.

Les forces célestes sont étroitement liées à celles de la terre, et les élans spirituels de la terre réveillent ceux du ciel : « La fidélité va germer du sein de la terre, et la justice briller du haut des cieux. » (Téhélim, 85-12).

Dans son infinie mansuétude, HaChem priva Avraham de sa descendance au temps de sa jeunesse, afin qu’Ytshak ne devienne « …Des flèches dans la main d’un guerrier… », de sorte que l’intransigeance ne conquisse et ne gouverne le monde, et ne le condamne à sa perte, car

« Il n’est pas d’homme juste sur terre, qui fasse le bien sans jamais faillir. » (Kohélet, 7-20), et que le Satan n’en profite pour exiger la destruction du monde.

En conséquence, HaChem attendit Qu’Avraham atteigne la vieillesse, et il ne lui permit de concevoir qu’à l’âge de cent ans, tandis que déclinait sa puissance.

 

(Extrait et traduit du livre 'Torat Haminha')

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×