Soucat Chalom

1234.jpgSoucat Chalom ! Comment devons-nous comprendre cette expression particulière ?

 

Voici, la souca est une habitation temporaire qui suppose l’expulsion de l’égo, afin que l’homme discerne qu’il n’y a aucune permanence dans ce monde, et qu’à l’inverse tous ses désirs et ses satisfactions s’envolent et disparaissent instantanément, et que même ses pensées les plus solides semblant renforcer sa certitude de vivre dans une société organisée et sure ne sont que des projections illusoires.

Résider quelques jours dans la souca nous apprend à nous élever au-dessus des contingences domestiques, et nous révèle le monde matériel sous son vrai visage. A la lumière de ce séjour inconfortable et précaire, hors de nos habitudes, il nous apparait enfin que seules des aspirations spirituelles peuvent apporter des résultats concrets et durables, tels le bonheur et la richesse intérieure.

 

D’autre part, nos sages ont affirmé que la souca selon un certain point de vue est une allusion au cortège de nuées (ananey hakavod) qui ont accompagné Israël durant ses pérégrinations dans le désert, et le mérite de la venue de ces nuages en fut attribué à Aaron ; ainsi s’explique le concept de ‘soucat chalom’, car l’une des caractéristiques spécifiques d’Aaron était d’aimer la paix et de la rechercher à tout prix.

 

Cependant, il nous reste à réfléchir sur le rapport entre le sentiment de paix et l’annihilation de l’égo.

En approfondissant cette question, nous constatons que ces deux éléments sont liés et indivisibles. En effet, il n’est possible d’établir la paix que lorsque l’égo physique est terrassé, c'est-à-dire dans la mesure où il devient très clair que la plupart de nos souhaits sont sans valeur, et qu’uniquement des aspirations d’ordre spirituelles ont le pouvoir de nous conduire vers le succès.

Chaque fois que des hommes tenterons de se rencontrer et de formaliser un semblant de paix, sans s’être débarrassé de leurs passions matérielles, ils ne feront que se quereller, et jamais ne cesseront de se jalouser et de s’envier, en prônant des compétitions cruelles, des rivalités mesquines, et des guerres incessantes.

Par contre, si leurs mobiles sont tournés en direction d’objectifs spirituels authentiques, à ce moment ils s’uniront, s’entraideront, et réussiront à établir un climat de confiance mutuelle puisque dans le domaine spirituel, les notions de frontières, d’égoïsme et de domination tyrannique n’existent pas. Au contraire, si l’un peine, le second vient à son secours naturellement, et il en découle une impression de bien-être et de joie.

 

(Extrait et traduit du livre ‘Mikhtav MiEliahou’)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×