sans commentaires!!

Le Rav Barouck Madan raconte qu’une fois, après avoir visité quelques malades hospitalisés à l’hôpital Tel Ha Chomer (Tel-Aviv), et prévoyant de rejoindre son domicile, il entendit la voix d’une femme qui l’appelait. Il se retourna et vit une infirmière qui lui faisait signe de venir rapidement. Arrivé à ses cotés, elle lui dit qu’un vieil homme presque agonisant était soigné dans l’un des bâtiments proches, et peut-être pourrait-il faire un saut afin de le réconforter et surtout l’assister dans ses derniers moments…

Le Rav Barurck Madan ne prit pas la peine de réfléchir, et se pressa de gagner l’unité où le mourant séjournait. Il s’informa du nom du patient, Ch. Glas, s’assit sur la chaise près du bord du lit et observa la figure parcheminée du vieillard dont l’état semblait vraiment grave.

Je l’ai interrogé, se souvient le Rav Barouck :

« As-tu une femme ? »

A ma grande surprise, et à celle encore plus grande de l’équipe médicale qui l’entourait, il me répondit :

« Non , je n’ai pas de femme ! »

« Des enfants, tu as des enfants ? »

« Non »

« Des amis, tu as bien des amis ? »

« Un ami, oui j’en ai un, et je suis en train de parler avec lui en ce moment… » me répondit-il en me montrant un petit Livre de Téhilimes, « Ne me dérange pas lorsque je m’entretiens avec lui, vas vers tes affaires et laisse-moi !... »

(tiré du livre Alenou Lechabeah)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×