To be or not to be !

Un Boeing décolle de la piste d’envol, à son bord parmi les passagers, un couple et un hassid, tous trois sont juifs et israéliens. A peine assis, Tennenboïm, le hassid ressent une lourde animosité pointer du coté de son voisin. Son chapeau noir, ses péottes, sa barbe et son long pardessus le cataloguent comme un fanatique arriéré aux yeux d’un homme pondéré, modéré et ouvert, d’un israélien laïc semblable à n’importe quel individu civilisé que le monde occidental pond à tours de bras.

Inévitablement, une discussion s’engage entres-eux. Ce vol est long et ennuyeux. Pourquoi ne pas régler beaucoup de comptes en retard, une bonne fois pour toute !

Commençons par Auschwitz, c’est le sujet le plus délicat qui soit ! où était -il le Dieu d’Israël, quand l’ange de la mort décapitait le judaïsme européen ? De ce martyr, les uns en sortirent ruinés et complètement démantibulés sur le plan de la foi, et d’autres comprirent le message, « Ce peuple se laissera débaucher…Il m’abandonnera…Ce jour-là, ma colère s’enflammera, je les abandonnerai, le leur déroberai ma face, et il deviendra la pâture de chacun…Il se dira : ‘En vérité, c’est parce que mon Dieu n’est plus au milieu de moi que je suis en butte à ces malheurs’. Mais…Je persisterai, moi à dérober ma face… » (Dévarim, 31-16,17,18), et se reprirent en mains. Quoi ? Ces religieux sont vraiment tous des crétins ! Ce passage parle de machins qui se sont déroulés dans l’antiquité, quel rapport ? Ah oui ? « …Mais il vous arrivera malheur dans la suite des temps… » (Dévarim, 31-29).

Le service national en Israël est aussi le sujet de discorde préféré des gens sensés qui pensent que la force et la victoire sont au bout du fusil. Ceux qui se dispensent de faire don au pays de quelques années de leur jeunesse et au pire, de leur sang, sont simplement des parasites. Le hassid Tennenboïm répond, ses arguments sont logiques et expriment une tournure d’esprit différente, mais il est clair qu’il n’y a pas de dialogue possible, la pensée laïque est un système de raisonnement qui n’admet aucune contradiction, c’est dommage.

L’hôtesse les sert, seul le hassid reçoit un plateau cacher. La nourriture, au dépend d’une digestion sereine, peut semer aussi des graines de colère. Pourtant Tennenboïm pense qu’il tient peut-être une bonne carte dans son jeu. Comme on dit souvent, les enfants boivent et les enfants trinquent, de fil en aiguille, le hassid comprend que ce couple rentre en Israël, après avoir visité leur fils, marié à une non-juive aux Etats-Unis. Bon, quelle importance, en voila au moins qui va jusqu’au bout, non ? Oui ? Et bien ce n’est pas si simple, on peut être contre tout dans le judaïsme, mais se sentir quand même un peu juif, non ? c’est dur de penser que là, se brise une lignée de juifs polonais qui remonte déjà loin dans le temps, ça serre le cœur en vérité, et tant pis si

ce hassid qui ressemble à un clochard, découvre un vilain sentiment de culpabilité camouflé derrière le masque nonchalant d’un gentleman cosmopolite. D’ailleurs qu’aurait-il pu faire ? hein…Les religieux ont toujours réponse à tout, qu’ils disent ce qu’ils auraient fait à sa place ! Quelle question étrange, manger kacher, bien sur ! Tiens, c’est une idée brillante, on va aller loin avec ça ! Et oui, les enfants qui mangent cacher se construisent une identité juive solide qui les empêchent le moment venu de disparaître parmi les non-juifs, c’est fou, mais c’est comme ça, servir à l’armée, travailler dans un kibbouts, étudier dans une faculté, ne protège pas de l’assimilation, manger kacher, oui !

Tennenboïn marque des points, son voisin rit jaune tout à coup, mais la haine que les médias lui distillent sur toutes les chaines et dans toutes les langues, ont formé une carapace, une corne épaisse, une défense si hargneuse que le pauvre, il peut à peine réfléchir à présent. La dictature du prolétariat ne fut pas plus absurde et nuisible que la dictature des intellectuels, celle qui sévit aujourd’hui, ou alors, c’est juste un prolongement logique, on a éjecté le prolétariat, c’est tout. Quand des syndicats défendent des privilèges tous frais, d’hier, c’est une lutte sociale, quand des juifs défendent une tradition de trois mille ans, c’est de l’obscurantisme.

Tout a une fin. Tennenboïm, descend de l’avion, et laisse le remords de ce couple se diluer dans l’air conditionné de l’aéroport. Cependant, la providence divine veille, au hasard d’un tournant dans les couloirs, ils se croisent à nouveau et se saluent froidement. Au fait, se dit Tennenboïm, comment s’appelle mon compagnon de voyage, des fois qu’il est pour habitude de fréquenter les mêmes compagnies aériennes que moi…autant s’éviter lui et moi…Tennenboïm, se présente, la stupeur se lit sur leurs deux visages, ils sortent leurs papiers d’identité, c’est sur maintenant, deux Tennenboïm ont traversé l’océan atlantique ensemble, cette nuit. Comme tous les juifs, qui sait-ont jamais, se découvrent un lien de parenté possible, ils échangent les noms de leurs pères, de leurs grands pères respectifs… et tombent dans les bras l’un de l’autre. Incroyable, mais vrai, Tennenboïm a cru que, malheureusement, son frère n’avait pas survécu à l’holocauste, et le second Tennenboïm a cru que malheureusement son frère n’avait pas survécu à l’holocauste…Ils ne se sont pas rencontrés, et ils sont décédés tous les deux ignorant leur existence mutuelle. Quelle histoire, les deux cousins se contemplent émus, et leur rancœur commune cède à la solidarité familiale.

« Il faudrait se revoir » dit le Tennenboïm laïc, « il ya quelques trucs que tu m’as dit, qui au fond me paraissent pas si idiots que j’ai eu l’air de le sous-entendre dans le feu de notre conversation, à propos de mon fils, tu sais ».

Le hassid Tennenboïm rit. On va se voir souvent, mon frère.

Le fils de Tennenboïm le hassid, voudrait savoir ce que comprend son père. « Quand vous vous êtes quittés, pareils à des ennemis, il détestait le judaïsme et soudain, cinq minutes plus tard, vous devenez des proches parents, il admet que ce que tu lui a dit a un sens. »

« Il a ici matière à réflexion... C’est en réalité très bizarre…sans ce coup de théâtre, aurait-il tout oublié… ? ou bien… ?

(Extrait, traduit et adapté de la revue Souccat Shalom)

 

Voulons- nous scier la branche sur laquelle nous sommes assis ?

Une étude fut menée dans les années 1993/1997 par Antony Gordon, et Richard Horbits, conseillers en communication. Ils choisirent la communauté juive de Californie, la divisèrent en cinq catégories, et évaluèrent la moyenne des naissances dans chaque groupe, en incluant le pourcentage de mariages mixtes dans ces cinq catégories. Selon ces critères de calcul, ils parvinrent à déterminer combien de juifs resteraient juifs après quatre générations, à partir de cent personnes juives, aujourd’hui, et par groupe.

Premier groupe - les laïcs, le pourcentage de mariages mixtes est de 72/100, c'est-à-dire que ¾ juifs sont mariés à des non-juifs. La moyenne des naissances est dans ce groupe de 1.62. Le chiffre d’enfants juifs qui naîtront d’ici quatre générations sera 5.

Deuxième groupe - les réformistes, le pourcentage de mariages mixtes est de 53 /100, la moyenne des naissances est dans ce groupe de 1.72. Le chiffre d’enfants juifs qui naîtront d’ici quatre générations sera 13.

Troisième groupe - les traditionnalistes, le pourcentage de mariages mixtes est de 37/100, la moyenne des naissances est dans ce groupe de 1.82. Le chiffre d’enfants juifs qui naîtront d’ici quatre générations sera de 24.

Quatrième groupe - les orthodoxes, le pourcentage de mariages mixtes est de 3/100, la moyenne des naissances est dans ce groupe de 3.23. Le chiffre d’enfants juifs qui naîtront d’ici quatre générations sera 346.

Cinquième groupe - hassidim et haridim, le pourcentage de mariage mixtes est de 3/100, la moyenne des naissances est dans ce groupe de 6.24. Le chiffre d’enfants juifs qui naîtront d’ici quatre générations, sur 100 juifs aujourd’hui sera 2587.

(Statistiques fournis par le Rav Israël-Meir Lao dans un article qu'il publia dans l'hebdomadaire)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens

×