Paracha CHOFTIM

 

« …N’accepte point de présent corrupteur, car la corruption aveugle les yeux des sages et fausse la parole des justes. (Dévarim, 16-19)

« …Car la corruption aveugle les yeux des sages… », Rachi commente : « En se laissant soudoyer, il est impossible qu’il ne fasse pas fléchir le droit en faveur du corrupteur. »

Nous apprenons ici un aspect, une réalité de la nature humaine, comme le Traité ‘Kétoubot’ (105-b) l’explique clairement : la corruption (‘Chahad, Had’ : Un) conduit les cœurs de celui qui donne et de celui qui reçoit, à se confondent jusqu’à ne faire plus qu’un (Rachi).

L’auteur de l’étude ‘Ohèv-Israël’, le Rabbi de Méafta, présidait alors le rabbinat de Kolbasouf. Un jour deux plaignants vinrent le consulter afin qu’il tranche entre leurs différents. Les autres membres du tribunal religieux avaient accepté des cadeaux de la part de l’un des adversaires, et leurs opinions n’étaient déjà plus impartiales. Intransigeant, le rabbi de Méafta fustigea leurs comportements et leur prouva que le fondement de la décision qu’ils s’apprêtaient à prendre était faux sur le plan de la loi juive.

Les juges convoquèrent le plaidant et lui conseillèrent de tenter de séduire le Rabbi en lui offrant indirectement à lui aussi une forte somme d’argent. Il comprit leurs intentions et glissa une enveloppe dans la poche du vêtement du Rabbi, sans que personne ne s’en aperçoive.

Le lendemain, le Rabbi s’assit au tribunal, et à sa grande surprise, il devina un changement sensible dans son raisonnement. Il commença à hésiter, et découvrit qu’il était sur le point de donner raison à ses confrères. Sur le champ il interrompit la séance, et s’isola pour prier. Il supplia Dieu de le guider sur le chemin de la vérité, et de l’empêcher de commettre une erreur.

A la fin de la semaine, le Rabbi fouilla dans ses poches et y trouva l’enveloppe.

Le pouvoir de la corruption est si fort, même dans le cas où le magistrat est parfaitement ignorant qu’il vient d’être acheté, qu’il peut influencer et modifier sa réflexion, et aveugler son jugement, il « …Fausse la parole des justes. » Mais à l’inverse, si le juste surmonte ses tentations et ne recherche que la justice, et rien que la justice, ses yeux s’ouvriront, se rempliront de lumière, et il pourra déceler la vérité où qu’elle soit (‘Tsfat Emet’)

( Extrait et traduit du livre ‘Méayna Chel Tora’)

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site