Paracha HAAZINOU

lomdim.jpg

« Ecoutez cieux, je vais parler ; et que la terre entende les paroles de ma bouche. » (Dévarim, 32-1)

Nos sages ont enseigné : pourquoi Moçhé prit à témoin le ciel et la terre ?

A juste titre, Moché se dit, je suis un être de chair et de sang, demain je serai mort ; si les bnei Israël veulent nier avoir reçus la Tora, qui pourra les contredire... Je les assigne donc à comparaître devant deux témoins qui sont éternels.

Ou encore, si les bnei Israël réussissent, les témoins viendront leur donner leur salaire, la vigne fleurira, la terre produira sa récolte, et le ciel fera tomber la rosée. Mais s'ils sont redevables, ils seront punis par l'intermédiaire de ces témoins : « ... Il défendra au ciel de répandre la pluie, et la terre vous refusera son tribut, et vous disparaîtrez bientôt du bon pays qu'HaChem vous destine. » (Dévarim, 11-17, 18)(Rachi)

Pour quelle raison nous appelons un homme qui a la crainte de Dieu, un homme qui craint le ciel (yré chamaïm), « ...Et que la crainte du ciel soit en vous. » (Pirkey avot, Chap.1, Michna 3), il aurait été plus juste de nous inviter à avoir la crainte de Dieu.

En réalité, notre peur de Dieu est relative à la formation du ciel, le premier jour de la création, car, si HaChem créa le ciel dès le premier jour, cette voûte était encore fragile et peu robuste, jusqu'au second jour, lorsqu'Hachem dit : « Qu'un espace s'étende au milieu des eaux... » (Bérechit, 1-6). Alors les cieux se durcirent et se figèrent, un peu comme la frayeur fige le sang d'un homme qui entend des cris surnaturels.

Nous pouvons ainsi en déduire que si le ciel se maintient fermement au-dessus de nous, c'est à cause de la peur que lui provoqua l'injonction d'Hachem.

En conséquence nous appelons la crainte de Dieu, 'la crainte du ciel', afin de faire allusion à l'obéissance du ciel au commandement de Dieu, et de forcer l'homme à imiter le ciel dans sa vie, et à obéir lui aussi, énergiquement à la voix du maître du monde.

('Ohel Tora')

A la lecture de ce verset, Rabbi Yéhochoua remarque : nous apprenons que le ciel possède une bouche, un cœur et une oreille, puisqu'il est considéré comme un interlocuteur.

Une bouche, en effet, il est écrit : « Les cieux racontent la gloire de dieu... » (Téhélim, 19-2) ;

Un cœur, l'écriture le mentionne également : « ...Et la montagne était embrasée de feux qui s'élevaient jusqu'au cœur du ciel... » (Dévarim, 4-11) ;

une oreille : « Ecoutez cieux... »

Chabbat Chalom!

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×