Paracha NITSAVIM

« Vous êtes placés aujourd’hui, vous tous, en présence d’HaChem votre Dieu … » (Dévarim, 29-9)

Il semble, à la lecture du dernier verset de la paracha précédente (Ki Tavo) : « Observez donc les termes de cette alliance et mettez-les en pratique, si vous voulez réussir dans toutes vos œuvres. » (Dévarim, 29-8), que le lien entre ces deux versets n’est pas fortuit et vient étayer la thèse que nos décisionnaires ont établit : à Roch Hachana, les bnei Israël sont jugé pendant le jour, mais les non-juifs sont jugé durant la nuit. Cela nécessite une explication.

Un beau jour, le roi convoqua les sujets de son royaume qui résidaient dans une ville lointaine, afin de les entretenir de ses projets à propos de certains changements qu’il envisageait d’appliquer dans leur contrée.

Les plus pauvres d’entres-eux ne se munirent que de quelques pains et se dirigèrent légèrement vers l’endroit où le roi les attendait, car comme l’âne qui ne succombe pas sous la charge trotte toujours en tête de la caravane, aucune raison spéciale ne pouvait les attarder en chemin. Par contre, les riches qui souvent devaient faire halte pour se restaurer, transportaient des sacs lourds de provisions, et des barriques d’eau et de vin ; de plus, ces notables qui ne pouvaient s’approcher du roi sans offrande digne de sa majesté, prirent tout leur temps pour choisir des présents rares et précieux, ce qui les conduit à prendre beaucoup de retard…

De même, les bnei Israël, qui possèdent la sagesse et la science, ont le pouvoir de lui adresser des dons qui remplissent exactement la volonté d’HaChem : les longues prières de Roch Hachana comprenant trois parties rituelles, la glorification de la royauté divine ; le souvenir divin ; et les significations des sonneries du cor. Les sonneries également, qui retentissent à la fin de ces sections, réparent dans les mondes supérieurs des altérations subies au long de l’année, et en conséquence Hachem attend ses manifestations, et avec patience et reporte le jugement d’Israël au jour de Roch Hachana, afin de recevoir le moment venu ce qu’ils lui ont préparé avec ferveur.

En revanche les non-juifs, privés de la connaissance, ne se soucient que de leur bien-être personnel, et il n’y a absolument pas de motif de reporter leur comparution, et dès que tombe la nuit, ils paraissent devant le juge suprême.

A la lumière de ce développement, voici maintenant la signification de nos deux versets côte à côte : « Observez donc les termes de cette alliance…si vous voulez réussir dans toutes vos œuvres. », soyez sages et intelligents de manière à satisfaire HaChem par vos agissements convenables, et votre comportement irréprochable, et puisque justement l’intelligence vous guide, ainsi, « Vous êtes placés aujourd’hui, vous tous, en présence d’HaChem, votre Dieu… », « …Aujourd’hui… », c'est-à-dire, au cours de cette journée, vous serez jugé, et non pas durant la nuit comme les autres peuples.

Le Traité Yérouchalmi ‘Roch Hachana’, confirme cette analyse. Il est écrit : « Or, le jour arriva où les fils de Dieu vinrent se présenter… » (Yiov, 2-1), et nos commentateurs expliquèrent qu’il est question du jour du jugement ; pareillement, « …Vous êtes placés aujourd’hui…En présence d’HaChem… », pour être jugé ce jour.

(Extrait et traduit du livre que rédigea le ‘Ben Yich Haï’, ‘Aderet Eliahou’)

Chabbat Chalom !

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×