Paracha Réhé

the-river-jordan.jpg« Voyez, je mets devant vous aujourd’hui la bénédiction et la malédiction : » (Dévarim, 11-26)

 

Nos sages se sont demandés pourquoi Moché utilisa ici le temps présent, « Voyez, je mets devant vous… », et n’a pas dit plutôt : ‘Voyez, j’ai mis devant vous…’ ?

 

A cette question, le Gaon de Vilna, Rabbi Eliahou, a répondu que Moché nous enseigne que le libre-arbitre, et le pouvoir de détester le mal, ou de rechercher le bien a été donné à l’homme, et que cette faculté existe et s’exerce chaque jour à chaque heure.

Tant que son âme reste ancrée dans son corps, l’homme est l’objet de maints séductions de la part de son instinct, le mauvais penchant, et sa mission est de combattre ces tentations, de toutes ses forces, dans un combat sans merci, comme Hillel l’ancien le recommande : « … Ne te fies pas à toi-même jusqu’au jour de ta mort… » (Pirkei-Avot, Chap. 2, Michna 4). Hillel nous prévient de ne pas se prévaloir de nos réussites antérieures, mais au contraire de se préparer avec vigilance aux défis quotidiens que le mauvais penchant nous réserve.

 

(Extrait et traduit du livre ‘Chalom léIsraël’)

 

Chabbat Chalom !

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site