Paracha Aharei Mot

Vaykra« Hachem parla à Moché après la mort des deux fils d’Aaron qui avaient péri en s’avançant devant Hachem. » (Vayikra, 16-1)

 

Cette section est si chère au peuple d’Israël au point que nous la lisons le jour de Yom Kippour, et il est écrit, à ce propos, dans le livre du Zohar, et dans les commentaires du Ari Zal, celui qui s’attriste de la mort des fils d’Aaron et verse des larmes le jour de Yom Kippour, toutes ses fautes lui sont pardonnées, et ses enfants ne mourront durant son vivant. Et, il y a ici matière à s’étonner, comment pouvons nous encore regretter en pleurant un évènement si loin dans le temps ? De plus, quel est exactement l’impact de cette tragédie sur les bnei Israël ?

Il est dit (Traité ‘Houlin’, 71-a) : Dommage que Ben azaï n’est pu assister Rabbi Ichmaël. Rachi explique : Dommage que Ben Azaï, c’est une perte et un dommage pour le monde…

Quand une personne rate une occasion de s’enrichir et de s’élever, c’est non seulement une perte pour lui-même mais aussi pour le monde, le monde entier est en quelque sorte endommagé et subit un déficit.

Ben Azaï, dont la sagesse était si puissante qu’il est dit à son sujet, ‘tous les maîtres me paraissent semblables à la peau de l’ail’, et malgré cela, tandis qu’il aurait pu servir et apprendre d’autres techniques d’études de Rabbi Ichmaël, en manquant cette opportunité fit que le monde et lui subirent une perte.

 

La raison de ce phénomène est la suivante, lorsque l’abondance descend sur le monde par l’intermédiaire des justes, et que le monde est capable de la recevoir, elle s’étend et devient une partie des pouvoirs que le monde tient à sa disposition, mais si l’on ne reçoit cette abondance de la part du juste et qu’il décède, la possibilité de l’utiliser disparait avec la mort du juste. Les fils d’Aaron étaient des justes si grands qu’ils périrent « « En s’avançant devant Hachem », ils devinrent les sacrifices personnels d’Hachem. Leur disparition engendra une perte immense car l’abondance qu’ils pouvaient apporter au monde était prodigieuse, et en conséquence, nous regrettons amèrement leur fin et nous la pleurons. Il est également utile de comprendre combien nous sommes responsables de la perte de l’abondance que les justes nous décerneraient grâce à leur mérite, si nous nous abstenions de les servir et d’apprendre leurs voies.

 

(Extrait et traduit du livre ‘Chalom LéIsraël)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens

×