Paracha Tsav

betail.jpg« Ordonne à Aaron… » (Vayikra, 6-2)

 

Rachi nous informe au nom du Midrach (Sifra) ‘Torat Cohanim’ qu’il faut entendre cet ordre comme un encouragement ou une stimulation à ce moment et dans toutes les générations, et que selon Rabbi Chimon, surtout lorsqu’il s’agit d’une perte d’argent. En effet, dans le cas de l’holocauste qui est un sacrifice qui se consume entièrement sur le brasier, il y a une perte d’argent évidente pour les Cohen. Il s’avère donc que l’Ecriture éprouve la nécessité de plus d’encourager Aaron et ses fils au sujet de ce sacrifice, et nous buttons ici sur une difficulté de compréhension, Aaron, juste parmi les justes, a-t-il vraiment besoin d’être stimulé ?

 

Une situation identique nous interpelle également : « HaChem parla à Moché après la mort des deux fils d’Aaron…Et il dit à Moché : Signifie à Aaron, qu’il ne peut entrer à toute heure dans le sanctuaire… S’il ne veut encourir la mort… » (Vayikra, 16-1), et Rachi au nom de Rabbi Elazar Ben Azaria, explique la différence entre deux médecins, celui qui prescrit à son patient de ne pas manger tel aliment, et le second qui interdit de consommer ce même aliment sous peine de trépasser comme cela vient d’arriver à l’un de ses malades. En conséquence, dans le but de prévenir Aaron, la Tora  précise « … Après la mort des fils d’Aaron… ».

De nouveau, nous restons muets devant cette sorte d’avertissement. Se peut-il, que sans ce rappel du décès de ses fils, Aaron aurait été tenté d’enfreindre l’ordre d’Hachem ?

Beaucoup d’exemples de ce genre figurent dans la Tora et paraissent très étonnants quand nous songeons à la grandeur de ceux à qui s’adressent ces encouragements, et à la manière dont l’Ecriture souligne pourtant, l’importance du commandement, alors que nous aurions été amenés à penser qu’ils sont pour des justes de cette envergure des ordres faciles à remplir.

 

Cependant, il est capital de savoir que la Tora est la vérité ! Et la vérité est un renchérissement  qui concerne chaque personne sans exception et sans distinction, qu’il soit un enfant presque inculte, ou un sage renommé. Sa nature humaine, et les larges possibilités qui s’offrent à sa volonté de choisir son chemin, et de décider de devenir un juste ou un mécréant, les immenses tentations qui jalonnent sa route afin de troubler sa capacité à distinguer le bien du mal dans un nombre illimité de circonstances, et jusqu’à la fin de sa vie obligent la Tora à multiplier ses avertissements, car jamais nul ne le forcera à pencher vers ce coté ou un autre.

Certainement un juste bouchera ses oreilles aux incitations de ses instincts, et un libertin comblera ses penchants avec joie, mais la Tora ne limitera pas ses avertissements pour autant, et de manière égale ordonnera à chacun de suivre ses commandements.

 

(Extrait et traduit d’après un texte du livre ‘Lev Eliahou’)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site