Paracha Vayikra

« Hachem appela Moché, et lui parla…Parle aux bnei Israël et dis-leur : si quelqu’un veut présenter une offrande de bétail… » (Vayikra, 1-1,2)

En résumé, l’intention de la suprême sagesse quand elle nous a ordonné de construire le Tabernacle et le Temple, et d’y offrir des sacrifices, était de nous faire partager un privilège puissant : « …voici la chose qu’a ordonnée Hachem, accomplissez-le pour qu’apparaisse la gloire de Dieu. » (Vayikra, 9-6). Maintenant, n’est-ce pas prodigieux de lire les prophéties suivantes : « …Joignez vos holocaustes à vos autres sacrifices et mangez-en la chair (ces sacrifices devaient être consumés entièrement par le feu, mais du fait qu’ Hachem ne les souhaite pas, Il recommande de les manger, car il serait dommage de gâcher cette viande…). Car je n’ai rien dit, rien ordonné à vos ancêtres, le jour où je les ai fait sortir d’Egypte, en matière d’holocaustes ni de sacrifices. » (Yrmiya, 7-21,22), « Que m’importe la multitude de vos sacrifices ?...Je suis saturé de vos holocaustes de béliers, de la graisse de vos victimes… » Yéchaya, 1-11). Tout ceci n’est pas complètement contradictoire avec le livre (Vayikra), que nous ouvrons cette semaine, et dont l’essentiel traite des sacrifices ?

Un artisan un peu sot s’engagea à construire une maison neuve. Il convint du prix et de la date du début des travaux avec son client, et ils notèrent toutes les caractéristiques et les souhaits particuliers que l’entrepreneur devait respecter, puis, juste avant de commencer, ils rédigèrent un contrat définitif. L’artisan consulta les plans, mesura, acheta les matériaux et fabriqua les éléments, et se croyant quitte de ses engagement, vint voir le propriétaire et lui dit qu’il avait exécuté exactement ce qui était stipulé dans leur contrat, et qu’il ne restait plus à son client qu’à assembler les murs, les portes, les fenêtres, les poutres, etc… L’autre lui demanda comment il comptait expliquer le premier accord qu’ils avaient signé ensemble…

Lorsque les bnei Israël étaient encore en Egypte Hachem dit à Moché : « …quand tu auras fait sortir ce peuple d’Egypte, vous adorerez Dieu sur cette montagne… » (Chémot, 3-12), ensuite au mont Sinaï, Hachem détailla en quoi consistait ce culte, et celui qui observe ces instructions, même dans leur intégralité, par intérêt personnel, se conforme bien aux recommandations du Sinaï, mais se soustrait à ce qu’Hachem dit à Moché, en Egypte : « Car je n’ai rien dit, rien ordonné à vos ancêtres…en matière d’holocaustes et de sacrifices. », « mais voici l’ordre que le leur ai adressé : ‘‘Ecoutez ma voix, et je serai votre Dieu et vous serez mon peuple, suivez en tout point le chemin que je vous ai prescrit’’… » (Yrmiya, 7-21,23), et que je vous préciserai plus tard au mont Sinaï.

Les sacrifices et les jeûnes, ne sont pas par principe des pratiques qu’Hachem désire dogmatiquement, « Est-ce là un jeune qui peut m’être agréable ?... » (Yéchaya, 58-5), mais des moyens qui conduisent l’homme à la soumission et au repentir, ainsi que le confirme HaRambam, des outils qui aident à atteindre le but recherché, et comme l’exprime explicitement ce verset : « …Des holocaustes, des sacrifices ont-ils autant de prix aux yeux d’Hachem, que l’obéissance à Sa voix divine ? l’obéissance vaut mieux qu’un sacrifice, et la soumission que la graisse des béliers ! » (chemouel1, 15-22), et il est possible de conclure en soulignant une remarque que fait le traité ‘Brakhot ’, ’’la récompense du jeune c’est l’aumône’’

( Extrait et traduit du livre ‘Micheley Yaacov’)

Chabbat chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×