Paracha Béhaalotkha

Desert4« Ainsi fit Aaron… » (Bémidbar, 8-3)

 

Rachi commente : (Ce verset vient) faire l’éloge d’Aaron qui n’apporta aucun changement… Interprétation qui ne manque pas de soulever une objection : Et, comment t’est il venu à l’esprit l’idée qu’Aaron pourrait modifier ce que Moché lui a ordonné d’après les instructions d’Hachem ?

Le rav Yonatan Eveinchits explique : « … C’est vis-à-vis  de la face du candélabre que les sept lumières doivent projeter la lumière. » (Bémidbar, 8-2), Rachi précise que les sept branches doivent se répartir de la façon suivante : trois de chaque côté qui éclairent celle du milieu, de manière que l’on ne puisse dire, il a besoin de lumière. Or,Tossefot (Traité ‘Chabbat’, 22-b) démontrent que la crainte que l’on puisse dire ‘il a besoin de lumière’ ne concerne pas Hachem, mais les Cohanim, que l’on ne puisse dire que les cohanim  avaient besoin de lumière, car la colonne nébuleuse ne  les éclairait pas, et que donc, ils utilisaient le candélabre, en conséquence afin de contrer toute médisance de ce genre, les six branches du candélabre étaient tournées vers la septième au centre.

Cependant, Aaron personnellement, ne risquait pas que l’on dise à son sujet qu’il se servait de l’éclairage du candélabre, puisque la colonne nébuleuse ne brillait que grâce à son mérite, et sans doute naturellement il profitait gratuitement de la lumière divine, c’est pourquoi il aurait pu modifier l’allumage du candélabre. Dans cette perspective, l’Ecriture témoigne « Ainsi fit Aaron… », en son honneur pour montrer qu’il n’a rien changé.

(Extrait et traduit du livre ‘Péer Mikédouchim’)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×