Paracha Béhaalotkha

5301_11676013374982.jpg« Parle à Aaron et dis-lui : Quand tu disposeras les lampes… » (Bémidbar, 8-2)

 

La Guémara (la référence ne figure pas dans le texte) nous conte :

Lorsqu’HaChem a dit à David : « … Serais-ce toi qui me construira une maison pour que j’y réside ? » (Chmouël 2, 7-5), les railleurs que faisaient-ils ? Ils campaient sous les fenêtres de David et lui disaient : « David, quand le Beit Hamikdach va t’il se construire ? Quand irons-nous vers la maison de Dieu ? » Et David songeait, ils cherchent à m’irriter, et malgré cela, il se trouve que je me réjouis de leurs moqueries, comme il est écrit : « Je suis dans la joie quand on me dit : Allons vers la maison de Dieu. » (Téhélim, 122-1). Alors, HaChem lui dit : « Quand tes jours seront accomplis… J’établirai à ta place ton descendant… C’est lui qui me construira un temple… Je serai pour lui un père, et lui sera pour moi un fils, au point que s’il vient à pécher, je ne le châtierai qu’à la manière des hommes et par des plaies toutes humaines. » (Chmouël 2, 7-12, 13, 14). Je te compte des jours pleins auxquels il ne manque rien car la générosité et la justice que tu pratiques me sont chères plus que des sacrifices, comme il est écrit : «  Pratiquer la générosité et la justice est plus agréable à Dieu que des sacrifices. » (Michlei, 21-3)

 

Un noble employait un excellent cuisinier qui commençait à vieillir. Ce prince chercha alors un médecin très compétent afin de le faire venir habiter dans son domaine. Quand il le trouva, il conclut avec lui de l’accueillir après la mort de son cuisinier.

Les proches du prince attendaient impatiemment que le cuisinier trépasse, et qu’enfin ce médecin puisse s’installer parmi-eux.

Lorsque le noble prit connaissance de leurs réactions, il se mit en colère et maudit leur bêtise :

« Pensez-vous vraiment que je ne peux loger à la fois mon cuisinier et mon médecin ? Tant que mon cuisinier est en vie, je n’ai nul besoin de médecin ! Cet homme est capable de me prépare les mets les plus délicieux, depuis des décennies, sans que je ne souffre ni me sente indisposé une seule fois. Mais quand il disparaitra, je serai beaucoup moins sur de pouvoir me passer de médecin. Donc, dans cette perspective, j’ai déjà invité un docteur qui veillera à ma santé. Mais vous devriez comprendre qu’il vaut mieux pour moi ne jamais être malade, plutôt qu’être malade même si on me soigne ! Cessez enfin de souhaiter la mort de mon cuisinier et priez pour qu’il demeure toujours avec moi !

 

Du temps de David, les moqueurs pensaient que c’était une grave insuffisance que le Temple ne soit construit, et ils ne réalisaient pas qu’en vérité, grâce au mérite de David, le temple n’était pas nécessaire. En conséquence ceux-ci désiraient le vexer et l’humilier, mais lui se réjouissait de l’honneur qui lui était ainsi fait. C’est pourquoi HaChem lui a dit : « quand tes jours seront accomplis… J’établirai à ta place ton descendant… C’est lui qui me construira un temple… », puisque évidement il ne sera pas aussi parfait que toi, « … S’il vient à pécher… », et naturellement un temple sera indispensable. Tandis que toi David, « la générosité et la justice que tu pratiques me sont chères plus que les sacrifices. »

 

(Extrait et traduit du livre ‘Michlei yaacov’)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site