Paracha Bémidbar

oasis-desert-sinai.jpg« Faites le relevé de toute la communauté des bnei Israël… » (Bémidbar, 1-2)

 

Rachi explique que l’affection qui lie HaChem avec les bnei Israël justifie ces nombreux recensements, « Mais, la tribu des Lévi tu ne la recenseras pas… » (1-49), et ici Rachi commente qu’il est préférable que la Légion d’HaChem soit comptée à part… Et il faut comprendre quel intérêt y a-t-il à être recensé indépendamment des autres tribus.

 

« Il arrivera que la multitude des bnei Israël égalera le sable de la mer, qu’on ne peut ni mesurer, ni compter… » (Hochéa, 2-1), et le traité ‘Yoma’, remarqua une contradiction entre le début du verset qui semble insinuer que oui on peut les compter, et la fin qui affirme clairement que non, et nos sages élucidèrent ce problème en signifiant que lorsqu’ils font la volonté d’HaChem, on ne peut les compter, et quand ils ne font pas sa volonté, on peut les compter. Or, nous buttons sur une autre difficulté, car HaChem bénit Avraham : « Elle sera, ta postérité, comme la poussière de la terre… » (Béréchit, 28-14), « …Et comme le rivage de la mer… » (22-17), sans mentionner nulle condition, et une telle bénédiction est une promesse qui devrait se réaliser.

 

HaChem est au-delà des nombres, et il est Un en dehors du temps, et donc, si les bnei Israël font sa volonté, puisque sa volonté est au-dessus des contingences temporelles, et qu’ils s’unissent à cette volonté, la réaction est qu’ils n’ont pas de chiffre, et dans cette perspective et cet esprit HaChem alors bénit Avraham, mais s’ils ne font sa volonté, ainsi que l’Ecriture nous l’enseigne lors de la cérémonie du veau d’or, et qu’ils s’éloignent d’Hachem, il est possible de les compter.

 

En conséquence la tribu des Lévi, qui se refusèrent de se prosterner devant l’idole, devait être complètement exemptée du recensement ; pourtant afin de racheter les nouveaux nées, et chaque Lévi libérait un nouveau née, puisque ces nouveaux nées n’exerçaient pas la volonté d’HaChem, cela engendra que les Lévi également furent comptés, cependant le relevé se fit indépendamment des bnei Israël, de manière à ce que l’on sache que les bnei Israël avaient leur propre chiffre, tandis que les Lévi, de leur côté ne participèrent au recensement que pour affranchir les nouveaux nées.

 

(Extrait, résumé et traduit du livre ‘Maor Enaïm’)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×