Paracha Chélah Lékha

5301_11676013374982.jpg« Tels sont les noms des hommes que Moché envoya explorer la contrée, Moché avait nommé Hochéa Bin Noun, Yéhochoua. » (Bémidbar, 13-16)

 

Rachi commente : (Moché) pria, HaChem te délivrera  de l’influence des explorateurs… C'est-à-dire, qu’il pria qu’il ne joigne ces réflexions aux leurs, afin de calomnier la terre d’Israël.

Cette interprétation soulève deux questions, si Moché se doutait de la mauvaise tournure que prendrait cette mission, pourquoi les envoya t’il se fourvoyer ? Et pourquoi ne pria t’il pas aussi pour tous les compagnons de Yéhochoua qu’ils se dispensent de calomnier la terre d’Israël ?

 

Il semble qu’en vérité Moché ne pénétra pas la pensée des explorateurs, et que le commentaire de Rachi exprime plutôt l’opinion de nos sages, déjà informé de la suite des évènements, mais Moché quant à lui, n’a dit que : HaChem te délivrera de la médisance, car Yéhochoua était un descendant de Yossef, qui avait tendance à calomnier ses frères devant leur père Yaacov. De plus Yéhochoua était l’élève de Moché, et certainement des liens affectifs très forts les rattachaient. Ou encore, Yéhochoua devait succéder à Moché et amener le peuple sur sa terre, et il était vital de le protéger d’une éventuelle erreur de conduite qui compromettrait l’avenir des bnei Israël (Tora Témima).

 

Pourtant, selon le livre ‘Yohassin’, et le livre ‘Chalchélet Hakabalah’, Yéhochoua avait atteint un âge avancé, et notre tradition nous enseigne que lorsqu’un homme a vécu la majorité des années de sa vie sans pécher, il n’y a plus à craindre qu’il se mette à pécher dorénavant. Dans ce cas, quel besoin avait il Moché de prier pour Yéhochoua ?

 

Cette contradiction se dissipe à la lecture du Traité ‘Taanit’ (3-a), qui nous conte que les années de vie des personnes qui décèdent avant le terme qui leur était échu, sont données en présent aux érudits dont la modestie est reconnue… En conséquence, Moché, qui avait perçu l’humilité naturelle de Yéhochoua, et pensait qu’il n’avait pas atteint un âge si avancé, puisqu’il était possible qu’il lui soit rajoutées d’autres années appartenant à des personnes décédées prématurément, sentit qu’il devait prier Dieu de le délivrer de la médisance (Gan Ravé).

 

Chabbat Chalom !

 

  

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site