Paracha Masséi

« Moché inscrivit leurs départs et leurs stations sur l’ordre de HaChem ; voici donc leurs stations et leurs départs : » (Bémidbar, 33-2)

De nombreux commentateurs se sont penchés sur cette inversion de la seconde partie du verset.

Un exemple qui nous aidera à comprendre l’intention de l’écriture :

Un homme veuf, père d’un jeune garçon se remaria. Très rapidement l’enfant souffrit de la cruauté de sa belle-mère. Quand il grandit, son père lui chercha une épouse, et conclut une promesse de fiançailles avec la fille d’un notable d’une ville lointaine. Il raconta la bonne nouvelle à son fils, et ils se mirent en route afin de rencontrer sa future femme et sa famille.

En chemin, le fils se mit à compter à chaque étape, en se renseignant auprès du cocher, la distance qui l’éloignait de la maison de sa belle-mère. En revanche son père semblait se préoccuper et calculer les kilomètres qui leur restaient à parcourir, avant d’atteindre leur destination. Curieux, le jeune homme interrogea son père sur cette manière différente d’apprécier leur voyage.

« C’est facile à expliquer », dit le père, « Toi, tu ne comptes que l’espace que tu allonges entre nous et ma femme qui t’a fait souffrir de longues années, mais moi, qui sait combien tu vas te réjouir quand tu vas connaître ta fiancé, et les merveilleuses choses que ses parents te destinent, je m’impatiente d’arriver pour constater ta surprise et ton bonheur…»

Les bnei Israël ne se doutaient pas de la valeur élevée de la terre d’Israël, et de son importance, leur unique souci était de fuir l’Egypte et l’esclavage, mais Moché qui lui était prévenu de l’endroit où ils se rendaient, de sa beauté et de sa richesse, ne mesurait que les milles qui les séparaient encore de la terre de lait et de miel et ne regardait qu’en avant en inscrivant « …leurs départs et leurs stations… », par contre, les bnei Israël, qui désiraient mettre un océan entre eux et l’Egypte, se retournaient en arrière pour évaluer la distance qui les séparait de leurs tourments, et l’écriture dit en leurs noms : « …voici donc leurs stations et leurs départs : » (‘Ohel Yaacov’)

(Traduit du livre ‘Torat Haparacha’)

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site