Paracha Nasso

oasis-desert-sinai.jpg« Si un homme ou une femme fait expressément vœu de naziréat pour HaChem. » (Bémidbar, 6-2)

 

Cette section de la semaine traite longuement et en détails du statut et des lois concernant le nazir. Nous découvrons en étudiant ce paragraphe que le nazir est une personne de niveau très élevé qui se sanctifie vraiment tel un Cohen. Il lui est interdit de se souiller en approchant le corps d’un mort, et il doit se priver de vin, de la même manière qu’un Cohen s’abstient de consommer du vin durant son service dans le Beit Hamikdach.

 

Or voici, en poursuivant notre lecture nous nous apercevons qu’il est ordonné au nazir d’apporter un sacrifice d’expiation, et de nombreux sages se sont étonnés en se demandant quelle était la faute supposée qui le condamnait à offrir un sacrifice. Certains suggérèrent qu’il s’était rendu coupable de négligence envers ses vœux de naziréat, et Rabbi Eléazar Hakfar dit que la raison provenait de son abstinence envers le vin.

 

La thèse de Rabbi Eléazar prête à confusion, car tout le mal que ce nazir commis fut de se priver de consommer du vin, est-ce un motif suffisant pour provoquer une sanction et une expiation rituelle ?

 

Ce sujet n’est pas aisé à comprendre ; en effet si nous méditons les paroles de nos sages, nous remarquons qu’il est conseillé à celui qui souhaite se voir honorer de la couronne de la Tora, de choisir un chemin voisin de l’ascétisme,  tant sur le plan matériel : qu’il déjeune de pain sec, de sel et d’eau, tant sur la plan spirituel : la Tora ne se réalise que chez celui qui est prêt à mourir pour elle (à tout abdiquer, y compris sa propre personnalité).

Il apparait donc que ce style de vie ressemble à s’y tromper à la neziroute, qui consiste à s’éloigner de tous les attraits de ce monde, et notre paracha, soudain, vient nous enseigner que se priver de vin, boisson appréciable mais superflue qui n’appartient pas à la catégorie des produits de première nécessité, équivaut à recevoir une punition, n’est ce pas complètement contradictoire ?

 

En réalité, sans nul doute la Tora est une doctrine qui fortifie et enrichit la vie, cependant au commencement, il est bon de suivre l’exemple de nos sages et de combattre ses appétits dont il n’y a pas à vanter les origines suspectes, et de dégonfler notre égo en lui rendant ses justes proportions…La fonction de l’homme est de plier ses instincts et son mauvais penchant jusqu’à ce qu’ils demandent grâce et acceptent de vouer eux-aussi au service d’HaChem.

A ce stade, l’homme prend vraiment possession de la Tora, se libère de ses liens matériels avec le monde, et pratiquement se gouverne de manière autonome. Cet homme là ne consomme du vin que pour accomplir un commandement, et le nazir que nous évoquons aujourd’hui est en homme de ce niveau et cette qualité, et son refus de boire du vin est par conséquent passible de punition.

 

(Extrait et traduit du livre ‘Chalom LéIsrsraël’)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site