Paracha Nasso

« …Si la femme de quelqu’un, déviant de ses devoirs, lui devient infidèle…Si un homme ou une femme fait expressément le vœu de naziréat, voulant s’abstenir en l’honneur de Dieu, il s’abstiendra de vin ou de boisson enivrante… » (Bémidbar, 5-12 et, 6-2,3).

La Tora intentionnellement juxtaposa ces deux chapitres afin d’attirer notre attention, et nous enseigner que le devoir de tout homme, qui croise une femme suspecte d’adultère, est de se priver de vin, car son goût pour le vin le rendra prisonnier de ses sens… (Traité ‘Sota’, 2-b), comme il est écrit (Hochéa, 4-11) : « La débauche, le vin…enlèvent toute intelligence ». (Rachi, Rabeinou Béhayé…)

Choisissons par exemple deux individus, l’un distingué et apprécié en société, et l’autre vil et insignifiant, et imaginons que la colère du roi les prit pour cible, et qu’il leur ordonna de déplacer des tas de fumier. Celui doté d’une nature délicate, et dont la popularité est grande, ressentira un profond embarras, et la honte se lira sur son visage ; il fera tout ce qu’il peut pour alléger et dissimuler la corvée à laquelle le roi l’astreint, et veillera avec soin à ne pas se salir, ni à endommager ses habits. Par contre, son compagnon d’infortune, lui ne cachera pas sa joie, il plantera sa fourche dans les immondices sans économiser ses forces, en braillant : « Voila ce que désire le roi ! »

De même, Hachem, nous a contraint, nous ses humbles créatures, a supporter l’humiliation d’un corps enchainé à des bas-instincts. Celui qui possède une âme sensible et pudique, exercera son énergie à s’éloigner tant que possible des tentations, mais ceux qui sont gouvernés par une âme carnivore, penseront : « voici le plaisir absolu… » et leurs passions les emporteront : « Or les hommes ne se perpétuent pas…Semblables aux animaux, ils ont une fin. (Téhilim, 49-13)

Reconnaissons que la Tora s’ingénia à nous mettre en garde de ne pas nous livrer à nos appétits sans freins, et à ne les contenter qu’à de rares occasions, et pour des raisons importantes : « …Et que tu voudras manger de la viande… », c'est-à-dire lorsque vous souhaiterez consommer de la viande, n’en mangez pas constamment, mais, dès que « …hachem, ton Dieu aura étendu ton territoire… », après la conquête de la terre d’Israël, et parce que vos prouesses guerrières vous auront provoqué des appétits supplémentaires, et quand vous mangerez, ne consommez pas des quantités anormales, mais peu, et que «…De ton gros ou de ton petit bétail… », pas de n’importe quelle sorte de viande, et rien qu’une partie de ces troupeaux (Dévarim, 12-20,21)

« Tant qu’il portera cette auréole, il est consacré à Dieu » (Bémidbar, 6-8), puisqu’il s’est détourné des désirs de ce monde, et se sanctifie avec l’intelligence de Dieu, sa grâce est celle des princes, et sa supériorité équivalente à celle des prophètes : « Et c’est parmi vos fils que j’ai suscité des prophètes, parmi vos adolescents des naziréens ! (Amos, 2-11), ces jeunes gens qui en général sont guidés par les débordements de leurs cœurs, je les couronne du pur esprit, et ils seront mes saints… (Rabeinou David Kémahi)

(Traduit du livre ‘Torat Haminhah’)

Chabbat chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site