Paracha Béréchit

mer-vagues.jpg« HaChem dit : Que les eaux répandues sous le ciel se réunissent sur un même point, et que le sol apparaisse… » (Béréchit, 1-9)

 

« … Et que le sol apparaisse… », cela semble superflu, même un esprit simple peut comprendre que si les eaux se retirent, il sera possible de d’apercevoir le sol.

 

L’interprétation de la fin de ce verset est sujette à l’un des commentaires de nos sages (‘Midrach Rabba’, Chémot, Par. 21) à propos du verset suivant (Chémot, 14-27) : « … Et la mer dès le matin reprit son niveau… », c'est-à-dire que la mer revint vers sa condition première, et en se basant sur le sens initial de ce mot (relativement plus clair dans la langue hébraïque), ils en ont conclu qu’Hachem établit un pacte avec la mer et émit la condition qu’elle se fende devant les bnei Israël lors de leur sortie d’Egypte.

 

Toutefois, il nous faut rechercher une allusion à cette clause dans l’œuvre de la création, et donc ainsi nous découvrons qu’Hachem a dit j’ordonne que les eaux se réunissent dans un seul endroit, et néanmoins, de toute manière, je pose une condition « … Et que le sol apparaisse… », et lorsque je le désirerai, il faudra que le sol se discerne là où les eaux se diviseront, comme l’Ecriture le précise : « Les bnei Israël entrèrent au milieu de la mer, dans son lit désséché… » (Chémot, 14-22), et ceci est la condition évoquée plus haut.

 

(Extrait et traduit du livre ‘Gan Ravé’)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×