Paracha Noah

--17.jpg« … Noah fut un homme juste, irréprochable, entre ses contemporains… » (Béréchit, 6-9)

 

Il semble intéressant de comprendre quelle fut exactement l’importance de l’irréprochabilité de Noah et sa supposée suprématie par rapport à la qualité de juste que la Tora lui octroie, car l’Ecriture le décrit d’abord juste, puis irréprochable, ce qui signifie que ce second terme a une certaine supériorité sur le premier.

 

« En ce temps-là, Hizkyiahou fut atteint d’une maladie mortelle. Le prophète Ychayéiahou Ben Amots, lui rendit visite et lui dit : Ainsi parle HaChem : Donne tes ordres à ta maison, car tu vas mourir ; tu ne te rétabliras pas. » mort dans ce monde-ci, et mort dans le monde futur (Malakhim 2, 20-1). Il l’interrogea, pourquoi une punition si sévère, le prophète répondit : parce que tu ne t’es pas préoccupé de fonder ta descendance. Il lui dit : J’ai compris lors d’une vision que mes fils seraient devenus des impies… Le prophète rétorqua : En quoi te concernent les secrets d’HaChem ? Tu devais remplir ton devoir, et engendrer une postérité, et HaChem aurait fait ce que bon lui semblait, cette chose est indépendante de ta volonté (Traité ‘Brakhot’ 10-1).

 

Le nom du roi hizkyiahou provient de ce qu’il renforça (‘hizouk) et affermit la foi d’Israël en leur créateur, durant sa vie, au point que l’on ne trouva pas à son époque d’écolier qui ne fut expert dans les lois de pureté et d’impureté. Pourtant on constate à la lecture de ce ‘Midrach’, qu’il encourt une peine mortelle, sans même la possibilité de recevoir sa récompense dans le monde futur, et en raison de son abstinence. Allons ! Réfléchissons, Hizkyiahou détenait un prétexte irréfutable, et ses intentions étaient de ne pas profaner le nom du ciel, et de ne pas permettre de venir au monde des enfants qui commettraient des actes contraire à la Tora d’Israël. A l’inverse, il aurait du obtenir des félicitations pour son sacrifice. Que devons-nous déduire de la gravité de cette punition ?

 

La clé de ce problème se contient dans l’explication d’Ychayiéhou au roi,  qui lui apprend qu’il lui est interdit de se mêler des décisions de Dieu, et qu’il devait se conduire de manière irréprochable, et ainsi nous devinons que son innocence n’est pas si complète, et au vu du niveau de spiritualité de Hizkyiahou, c’est une faute conséquente, et donc, le verdict qui est prononcé  contre lui est aussi rigoureux.

 

Noah ne s’est pas contenté d’être un juste ; en dépit de la bassesse de sa génération, de la dégénérescence de leurs mœurs, et de la menace d’un déluge universel, il accepta d’être le père de trois garçons, sans prendre en considérations les risques de voir ses fils suivre la voie de leurs contemporains, ou de les perdre sous les flots impétueux.

Cette fidélité aux ordres d’HaChem, a amené l’Ecriture à qualifier  Noah de juste et d’irréprochable, c'est-à-dire que son irréprochabilité était si parfaite qu’il n’a pas craint de fonder une lignée, malgré les périls certains de la situation.

 

(Extrait et traduit du livre ‘Chalom LéIsraël’)

 

Chabbat Chalom !

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×