Paracha Vayéchev

--17.jpg« … Quel gage te donnerai-je ? Elle répondit : ton sceau, ton cordon, et le bâton que tu as à la main… » (Béréchit, 38-18)

 

 Si Yéhouda supposait que son sceau et son cordon (en fait son talit et ses téphilines) suffisaient, pourquoi ne lui a-t-il pas donné spontanément ? Puis ensuite lorsque Yéhouda chargea son ami de la retrouver en vain, et qu’il lui dit : « … Qu’elle garde ce qu’elle a,  de peur que nous ne soyons un objet de mépris, car enfin, j’ai envoyé ce chevreau, et tu n’as pu la retrouver. » (38-23), cette dernière phrase semble un peu superflue.

 

En général, un gage a pour but de garantir une dette, et il doit donc être d’une valeur plus grande que la somme en question, de manière à ce que le prêteur soit sur de se faire rembourser ; mais il est possible aussi que ce gage n’est pas une grande valeur marchande, comme des clés ou un sceau, et que le prêteur soit certain que l’emprunteur viendra les récupérer, car il ne peut se permettre de les lui laisser. Cependant, la différence dans ce cas, est que si l’emprunteur ne peut restituer sa dette, tous les deux y perdrons, le gage étant parfaitement inutile au prêteur.

 

Yéhouda pensait que Tamar exigerait un gage de valeur équivalente au chevreau qu’il lui avait promis, or il ne possédait rien de tel sur le moment, et c’est pourquoi, il lui demanda :  « … Quel gage te donnerai-je ? ». Sachant pertinemment que Yéhouda ne pouvait abandonner entre ses mains son talit et ses téphilines, elle a répondu : « … Ton sceau, ton cordon et le bâton que tu as à la main… », et lorsqu’il lui a envoyé un chevreau, et qu’elle fut introuvable, il a préféré « Qu’elle garde ce qu’elle a, de peur… », jugeant plus prudent de perdre des objets auquel il tenait fort, plutôt que de s’exposer à la moquerie, en continuant à la rechercher. En même temps, il a ajouté : « …Car enfin j’ai envoyé ce chevreau, et tu n’as pas pu la trouver. », voyant qu’elle allait perdre ce qui lui revenait, le gage en sa possession ne lui étant d’aucune utilité.

 

(Extrait et traduit du livre ‘Michelei Yaacov’)

 

Chabbat Chalom !

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×