Paracha Vayéchev

« Yaacov demeura dans le pays où résidait son père, dans le pays de Canaan. » (Béréchit, 37-1)

Il serait utile pour une meilleure compréhension de ce passage, de déterminer les raisons qui ont poussé l’écriture à se répéter : « …Le pays des pérégrinations…Le pays de Canaan. » Etait-il nécessaire, à ce stade déjà avancé du sépher Béréchit, de nous informer que le lieu de résidence d’Ytshak est le pays de Canaan ?

Rachi, comme à son habitude, s’est penché sur ce verset et a écrit, qu’il faut lire ici que Yaacov souhaita s’asseoir (se reposer) dans la quiétude et la tranquillité. Au même moment, lui sauta au visage la colère de Yossef (Yossef, rapportait à son père les propos diffamatoires que tenaient ses frères les uns sur les autres, et provoqua la colère de Yaacov lorsqu’il raconta devant tous ses frères un rêve symbolique qui le représente comme un personnage royal. Ces faits engendrèrent la haine et le mépris de ses frères, et les conduisit à le vendre à un marchand d’esclave ; il disparut aux yeux de son père, et à la place de se détendre sereinement, Yaacov vécut vingt-deux ans dans la tristesse).

Les commentateurs de la Tora ont tenté d’élucider, pourquoi justement maintenant, et non pas auparavant, Yaacov voulut s’asseoir en paix. Ils soutirèrent leur opinion dans un Midrach (Midrach-Rabba, Béréchit, Paracha Vaychlah, Chap. 76) sui soutient que cette réponse est contenue sous la forme d’une allusion, précisément dans la répétition qui nous occupe. Yaacov craignait énormément Essav et était fort embarrassé qu’il soit resté ces nombreuses années, durant lesquelles Yaacov se trouvait à l’étranger, sur la terre d’Israël. En outre, il avait pu tout ce temps s’occuper de ses parents. Il avait donc à son profit deux grands mérites que Yaacov ne pouvait pas lui disputer.

Ainsi, premièrement, Yaacov voulut s’asseoir tranquillement, et habiter proche de ses parents « …Dans le pays où résidait son père… » et s’acquitter de ses devoirs filiaux, et l’une des récompenses de cette mitsva se reçoit dans ce monde, et deuxièmement, résider dorénavant sur la terre de Canaan, c'est-à-dire obtenir le gain de la mitsva de peupler la terre d’Israël. Ceci lui donna l’assurance de souhaiter s’asseoir en paix. (Extrait et traduit du livre ‘Gan Ravé’

‘Or Hahaïm brièvement explique que la répétition : «… Le pays de Canaan », nous apprend que yaacov se comportait sur la terre de Canaan, comme il se doit de se comporter sur un lieu qui n’est pas encore le sien, la terre d’Israël.

Shabbat Shalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site