Paracha Bo

Nil« … Rends-toi chez Paro, car moi-même j’ai appesanti son cœur et celui de ses serviteurs à dessein d’opérer tous ces prodiges autour de lui. » (Chémot, 10-1) ,

 

Régulièrement, nous buttons sur cette difficulté de compréhension, pourquoi HaChem a-t-il ôté son libre-arbitre à Paro, alors que ce privilège à été donné à tout homme vivant ?

 

Nous pouvons expliquer ceci de manière satisfaisante en remarquant que ce commandement  (c’est-à dire la possibilité de sélectionner et d’élire ses préférences), inscrit dans le verset : « … Choisis la vie… » (Dévarim, 30-19), ne concerne que celui qui sera amené à vivre les choses en rapport avec ce verset ; cependant celui dont le sort est de mourir, mais qui reste encore en vie pour une raison particulière, comme Paro : « Voici pourquoi je t’ai laissé vivre : afin de te montrer ma puissance, et de glorifier mon nom dans le monde. » (Chémot, 9-16), il n’existe aucun commandement de libre-arbitre, car cette option n’a été offerte qu’aux vivants, et les impies durant leur existence sont considérés tels des défunts.

Le Rambam aborde ce sujet dans le chapitre ‘Les lois de la tchouva’ (6-3) et signale qu’il ya un type d’hommes qui sont réellement des mécréants, à l’exemple de Paro, et les voies du repentir sont complètement obstruées devant eux, et bien qu’ils aient l’air apparemment vivants, ils sont déjà morts et en conséquence commencent à endurer dans ce monde les affres des sanctions qui leur sont réservées…

Selon notre interprétation, il nous sera plus facile de saisir un certain commentaire de nos sages (Traité ‘Roch Hachana’, 15-a) : « les méchants sont condamnés à mourir sur le champ à Roch Hachana… «, et en lisant cette affirmation, nous ne pouvons retenir nos doutes, car évidemment nous nous sommes depuis longtemps aperçus que ces personnes en question sont jusqu’à aujourd’hui parmi nous… Il faut donc constater et admettre que même s’ils ressemblent en tout point à des êtres vivants, leur vie n’est pas authentique, et que leur maintien dans ce monde en l’occurrence n’est qu’une illusion qui permet de leur refuser le monde futur comme il est écrit : « Mais qui punit ses ennemis directement en les faisant périr… » (Dévarim, 7-10).

 

 

(Extrait et traduit du livre ‘Vayiomar Yéhuda’)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×