Paracha Ki Tissa

« Le peuple, voyant que Moché tardait à descendre de la montagne… » (Chémot, 32-1)

 

Les Hébreux reçurent la Tora le sixième jour du mois de Sivan, et le lendemain, Moché monta vers la montagne, « …Le septième jour, Dieu appela Moché… » (Ch., 24-16) ; « …Il resta sur cette montagne 40 jours et 40 nuits. » (Ch. 24-18) Il devait donc redescendre le dix-septième jour du mois de Tamouz, mais le peuple l’attendit le seizième jour, car ils crurent que le jour où Moché monta vers la montagne était compris dans le compte des 40 jours, et ainsi , ils se trompèrent, et quand ils virent que six heures après le lever du soleil, Moché ne revenait pas, ils le crurent perdu.

En outre, les Midrachim racontent que le Satan plongea le monde dans l’obscurité et la confusion, et leur fit voir, avec les yeux de la logique, puisque selon leurs calculs, Moché devrait déjà arriver (‘OR Hahaïm’), Moché, reposant sur son lit de mort, dans une hallucination plus vraie que nature. Ils perdirent alors confiance et ils s’agroupèrent autour d’Aaron, et lui dirent : « …Fais-nous un dieu qui marche à notre tête…. »

En vérité, la fabrication du veau d’or, contrairement à ce que les ennemis d’Israël prétendent, ne s’associe pas à l’adoration des statues de pierre, que les païens ont pour habitude de pratiquer, à défaut d’une authentique relation avec le Créateur. Les hébreux ne croyaient nullement qu’ils tirèrent quelque réconfort ou aide spirituelle, des forces cosmiques à l’aide de métal, sans l’aide d’Hachem.

Un petit parchemin sur lequel Moché avait écrit le Nom divin, et « il depasse les autres rameaux le long de la muraille »(Berechit,49-22), et qu’il lança dans les eaux du Nil, au moment où il voulut sortir le cercueil de Yossef, enfoui profondément dans la vase, et qu’ensuite très occupé par la sortie des juifs d’Egypte, il oublia de récupérer démontre la cohérence qui les guida. Micca, l’un des enfants que Moché sauva d’une fin affreuse, en empêchant qu’il soit enseveli vivant avec le mortier qui servait à bâtir les pyramides, assista à l’immersion des ossements de Yossef, et garda le parchemin à toute fin utile. Lorsqu’ils jetèrent au feu l’or nécessaire à l’édification du veau, Micca n’oublia pas d’y joindre le parchemin qu’il avait conservé. Le Veau d’or sortit du moule, doté de pouvoirs magnifiques, et les juifs s’exclamèrent : «… Voilà ton Dieu, Israël !... » (Ch., 32-4).

(Extrait et traduit du Midrach Rabeynou Béhayé)

Chabbat Chalom !

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site