Paracha Michpatim

123.jpg« Et voici les statuts que tu leur exposeras. » (Chémot, 21-1)

 

On comprendra le lien entre la précédente section qui se termine ainsi : « Tu ne dois pas monter jusqu’à mon autel à l’aide de degrés, afin que ta nudité ne s’y découvre. » (Chémot, 20-26), par une courte introduction.

Certains commentateurs interprètent le verset suivant : « … Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le vaillant ne se glorifie pas de sa vaillance, que le riche ne se glorifie pas de sa richesse ! Que celui qui se glorifie, se glorifie uniquement de savoir qui je suis… » (Yrmya, 9-22,23), comme un avertissement s’adressant à une personne qui se loue de ses larges connaissances dans les lois de la Tora, au sens littéral. Surement, viendra un moment où il sera confronté à quelques septiques, et si par malheur, il se dévoile être un ignorant, il se couvrira de honte…De même pour le riche ou le héros !

Mais si une personne se prétend très savante dans les sciences occultes de la Tora, qui sont d’un niveau si élevé que pratiquement nul ne peut les percer, il n’y a aucun doute qu’il pourra se vanter à l’infini d’être un expert dans ces choses secrètes, sans risquer de se ridiculiser un jour, car il aura toujours le prétexte de dire qu’il est interdit aux initiés de révéler leurs sources…

 

Il est admis que la Tora est en quelque sorte le suppléant de l’autel du Beit Hamikdach, « … Ceci est la règle de l’holocauste…, Ceci est la règle de l’oblation… Ceci est la règle de l’expiatoire… » (Vayikra, 6-2, 7, 18). A ce sujet, nos maîtres d’antan ont expliqué qu’en fait tous ceux qui lisent le chapitre de l’holocauste, ou de l’oblation, ou de l’expiatoire, etc… sont considérés comme ayant apporté ce sacrifice au Beit Hamikdach (Traité ‘Minahot’, 110-a), ce qui signifie textuellement, que depuis la destruction du Beit Hamikdach, la Tora se substitue à l’autel des sacrifices rituels.

 

Bien sur, il n’est pas convenable qu’un homme se gonfle d’orgueil de son savoir, et à l’inverse, il doit se sentir humble si possible. Or la Tora se divise en deux parties, une partie qui s’étudie selon le sens propre des termes, et une partie mystique. Ce que l’Ecriture nous enseigne : « Tu ne dois pas monter jusqu’à mon autel à l’aide de degrés… », nous sommes forcés d’admettre qu’il s’agit d’une allusion à la Tora ésotérique, en d’autres termes, l’Ecriture devine que si une personne se glorifie, que sa « … Nuditité ne s’y découvre. » En d’autres termes, de ne pas se faire valoir, puisqu’elle se sent assurée que l’on ne peut la tester, et elle court le danger qu’alors son instinct (le mauvais penchant) la pousse à devenir un vrai monstre d’orgueil, et donc ceci est la raison de ce commandement. Mais « Et voici les statuts… », qui forment l’ensemble de la Tora « … Que tu leur exposeras. », c'est-à dire que dans le cas où cette personne se glorifiera d’être versée dans toutes les lois de la Tora, elle devra « leur exposer », en faisant preuve de sa vive et subtile intelligence. Ici, il n’est pas utile, de lui ordonner de ne pas se glorifier, elle s’en abstiendra toute seule, de peur des moqueries… En conséquence, l’interdiction ne s’applique qu’à la personne qui s’adonne aux mystères ésotériques de la Tora.

 

(Extrait et traduit du livre ‘Aderet Eliahou’)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site