Paracha Michpatim

« Et voici les lois que tu leur exposeras. » (Chémot, 21-1)

Commentant ce premier verset du chapitre de la semaine, le Midrach-Rabba (Michpatim, 21-1) cite en parallèle un autre verset du sepher Téhilim : « La force du roi (Hachem), c’est l’amour de la justice, c’est toi qui a fondé la droiture, l’équité et la justice dans Yaacov. », et nous explique : grâce aux justes statuts qu’Hachem donna au peuple aux enfants de Yaacov, ils se disputent, viennent devant le juge, puis font la paix.

Ce texte paraît difficile à comprendre, selon toute logique, il aurait fallu dire : Quand ils se disputent, grâce aux justes statuts qu’Hachem leur donna, la paix est restaurée !

Le Maguid de Doubno propose de chercher une explication en rapport avec l’un des commandements que la Tora nous ordonne : « tu institueras des juges et des magistrats dans toutes tes portes… » (Dévarim, 16-18), que le traité du Talmud ‘Makot’(7-a) interprète, dans chaque région et dans chaque ville…

En se penchant sur le fonctionnement juridique du peuple d’Israël, on pourrait être amenés à croire naïvement que les autre nations sont intègres, et que leurs conflits sont rares, car ils ne voient pas la nécessité d’établir plus d’un tribunal par ville, et leurs juges n’y siègent qu’à des heures précises, tandis qu’en ce qui nous concerne, il suffit que dix juifs demeurent dans le même quartier, pour qu’ils ressentent le besoin de nommer un Rav à leur tête, d’ouvrir un tribunal, et de l’accabler de litiges et de procès.

En fait, contrairement aux apparences, c’est exactement le contraire, la probité d’Israël l’a conduit à étendre son système judiciaire !

Un jour, un juif pauvre qui habitait dans un pays rude et peu civilisé interrogea l’une de ses connaissances, qui lui vivait aisément dans une contrée bien plus développée : « Dis-moi, pourquoi chez-nous, on ne trouve pas de médecins en dehors de la capitale, ou de quelques grandes agglomérations, et à l’inverse chez-vous, dans chaque bourgade, il y a au moins trois ou quatre docteurs ? N’est ce pas la preuve que nous sommes en meilleure santé ? »

« Pas du tout ! » Répondit son ami, « vous êtes habitués à ne vous aliter que lorsque vous êtes vraiment souffrant, alors seulement vous faites appel à un médecin, et donc ce n’est pas très fréquent…Nous par contre, nos médecins sont là, avant tout à titre préventif, ils nous mettent en garde des dangers que la nature peut nous faire courir, ils apprennent à nous méfier des moindres symptômes, et ainsi, nous avons plus de médecins afin qu’ils nous protègent de leurs conseils et de leurs prescriptions !

Pour que les nations du monde considèrent qu’une infraction soit un réel délit, il faut enfreindre leur loi de manière grossière et manifeste (meurtres, vols, escroqueries…) et comme ces cas sont limités, il n’est pas impératif de placer des juges à chaque coin de rues, mais pour Israël, qui a été appelé à se préserver de multiples interdictions, et qui est soumis à de nombreux décrets divins souvent à peine évidents, qui dépassent la raison humaine, quelques magistrats ne suffiraient pas, et il lui a été ordonné : « Tu institueras des juges et des magistrats dans toutes tes portes… ».

L’intention de notre Midrach est maintenant claire : grâce aux justes statuts qu’Hachem donna aux enfants d’Israël, ils se disputent, viennent devant le juge et font la paix, nos lois si nombreuses rendent la justice omniprésente !

(Extrait du livre, ‘le Midrach, Le Maguid, Et La Prabole)

Shabbat Chalom !

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×