Paracha Tétsavé

Nil« Et toi, tu ordonneras … » (Chémot, 27-20)

 

Le Baal Hatourim nous fait remarquer que le nom de Moché ne figure pas dans cette paracha (sujet que nous avons déjà traduit, mais selon une interprétation différente), et écrit que Moché a dit : « Et pourtant, si tu voulais effacer leur faute !... Sinon efface-moi du livre… » (Chémot, 32-32), et il semble que s’applique ici une règle (‘Traité’ Macot, 11-a) : L’imprécation d’un sage, même sous condition, se réalise … Comme nous le prouve cette section. Cependant, cela soulève une objection, car ce qu’a dit Moché, « … Efface-moi du livre… » a été dit ultérieurement, puisque la préparation du sanctuaire et des habits des Cohen est antérieure à la faute du veau d’or, et donc la suppression du nom de Moché aurait du s’effectuer après cet évènement.

 

Il semble qu’il est possible d’expliquer que la construction du sanctuaire est venue démontrer qu’ils avaient été pardonnés de leur faute, ainsi qu’il est écrit (Chémot, 38-21) : 

« … Résidence du statut… », du statut d’Israël, qui ont reçu le pardon d’HaChem, et en témoignage sa présence demeure parmi eux (Rachi). En conséquence, il nous faut comprendre que l’exécution du sanctuaire s’est effectuée après la faute du veau d’or, et de manière à indiquer que le pardon n’était pas complet, car il n’y pas de malheur qui atteint Israël sans que l’une des raisons soient la faute du veau d’or (Chémot, 32-34), se concrétise l’imprécation de Moche : « … Efface-moi du livre… », et son nom  n’apparait dans toute la paracha du sanctuaire, hormis au début de la paracha Trouma.

 (Extrait et traduit du livre ‘Vayiomar Yéhuda’)

 

Chabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×