Paracha Trouma

 

« hachem parla à Moché en ces termes : ‘‘Invite les enfants d’Israël à me préparer une offrande ; de la part de quiconque, selon son cœur, vous (Moché et Aaron ) recevrez mon offrande. Et voici l’offrande que vous recevrez d’eux…» (chémot, 25-1,2,3)

Remarquant la différence que l’écriture utilise à trois reprises, ‘une’ offrande, ‘mon’ offrande, ‘l’’offrande, le livre ‘Bigdey Aaron’, établit une distinction entre trois sortes de dons, que le ‘Beit Yossef’(Yoré-Déa, 249-a) classifie de la manière suivante :

Au premier degré, chacun ou presque, est habitué à donner une petite partie de ce qu’il possède, en fonction de sa générosité personnelle, ainsi Hachem recommande à Moché «… d’inviter les enfants d’Israël à lui préparer une offrande… »

Puis, ensuite, s’adressant à une catégorie de personnes qui régulièrement prélèvent une dîme sur leurs revenus, la Tora précise «…Mon offrande… »

Et en concluant «… L’offrande… » Hachem fait allusion à un niveau encore supérieur, qui consiste à prélever une fraction de ses bénéfices.

De nombreux commentateurs expliquent que le chapitre ‘Michpatim’ précède celui de ‘Troumah’, afin de nous enseigner qu’une offrande qui provient de ce qui a été légitimement acquis, est bien accueillie par Hachem, mais une offrande extraite de la fraude, ressemble à une abomination, et Hachem, n’en tiendra pas compte.

Shabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site