Paracha Trouma

 

« hachem parla à Moché en ces termes : ‘‘Invite les enfants d’Israël à me préparer une offrande ; de la part de quiconque, selon son cœur, vous (Moché et Aaron ) recevrez mon offrande. Et voici l’offrande que vous recevrez d’eux…» (chémot, 25-1,2,3)

Remarquant la différence que l’écriture utilise à trois reprises, ‘une’ offrande, ‘mon’ offrande, ‘l’’offrande, le livre ‘Bigdey Aaron’, établit une distinction entre trois sortes de dons, que le ‘Beit Yossef’(Yoré-Déa, 249-a) classifie de la manière suivante :

Au premier degré, chacun ou presque, est habitué à donner une petite partie de ce qu’il possède, en fonction de sa générosité personnelle, ainsi Hachem recommande à Moché «… d’inviter les enfants d’Israël à lui préparer une offrande… »

Puis, ensuite, s’adressant à une catégorie de personnes qui régulièrement prélèvent une dîme sur leurs revenus, la Tora précise «…Mon offrande… »

Et en concluant «… L’offrande… » Hachem fait allusion à un niveau encore supérieur, qui consiste à prélever une fraction de ses bénéfices.

De nombreux commentateurs expliquent que le chapitre ‘Michpatim’ précède celui de ‘Troumah’, afin de nous enseigner qu’une offrande qui provient de ce qui a été légitimement acquis, est bien accueillie par Hachem, mais une offrande extraite de la fraude, ressemble à une abomination, et Hachem, n’en tiendra pas compte.

Shabbat Chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site