Paracha Vaéra

--18.jpg« C’est pourquoi parle aux bnei Israël : Je suis HaChem, je vous ferai sortir… Je vous sauverai… Je vous rachèterai… Et je vous prendrai comme peuple… » (Chémot, 6-6, 7)

 

 « C’est pourquoi parle aux bnei Israël… », c’est pourquoi se réfère à un serment, affirme le ‘Midrach Rabba’ (Chémot, 6-6), « C’est pourquoi j’ai juré à la maison d’Héli… » (Chmouel, 3- 14) ; HaChem promet de délivrer les bnei Israël, en utilisant quatre expressions « … Je vous ferai sortir… Je vous sauverai… Je vous rachèterai… Je vous prendrai comme peuple. » qui désignent la délivrance et nos sages les ont évoquées durant la nuit de Pessah à l’aide des quatre verres de vin comme il est écrit : « Je lèverai la coupe du salut et le proclamerai le nom d’HaChem. » (Téhilim, 116-13).

 

Afin de comprendre la présence d’un serment ici, essayons d’abord de saisir la signification des quatre expressions de la délivrance que symbolisent les quatre verres de vin, en rapport avec l’introduction de cet exposé, où nous avons désignés des termes différents pour les regrouper sous une appellation générale. Par exemple, le mot maison regroupe tous les objets qui sont sous son toit, mais parfois, lorsque la maison n’est pas encore terminée d’être construite, ses composants portent leurs noms particuliers, tels les murs, les fenêtres…Pour qu’une chose composée de divers éléments porte un nom global, il faut qu’elle soit achevée.

 

Une maladie s’accompagne souvent de troubles secondaires, migraines, nausées, insomnies… Et si le médecin est suffisamment compétent pour éliminer les causes de la maladie, il agira dans ce sens, en laissant de côté les conséquences qui s’arrangeront d’elles-mêmes. Par contre, s’il devine qu’il n’est pas en mesure de guérir son patient rapidement, il s’efforcera de le rassurer et de le soulager en attendant des maux dus à sa maladie, et lui jurera préventivement une guérison  future.

 

L’Ecriture a délibérément nommée la délivrance d’appellations diverses, en la divisant en quatre catégories, dans le but de faire comprendre aux bnei Israël que le moment de la rédemption totale n’était pas arrivé, mais que de petites libérations auraient lieux. Cependant, pour qu’ils ne perdent pas tout espoir, elle a annoncé : « C’est pourquoi dis aux bnei Israël : Je suis HaChem… », et le Midrach rajoute : Il leur a promis une délivrance totale, et pour l’instant la sortie d’Egypte…

 

La consommation des quatre verres de vin commémore les quatre parties de la délivrance, et les actes de protection qu’Hachem a multipliés en nous protégeant. Cela  nous aide à prendre conscience que son bras est toujours étendu et peut nous exiler ou nous délivrer.

 

(Extrait et traduit du livre ‘Michelei yaacov’)

 

Chabbat chalom !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site